Fiche de la bonne pratique

Titre Les pratiques de mise en culture des espèces des PAM menacées dans les parcelles irriguées, d’adoption de modes durables d’exploitation des espèces spontanées par les populations locales, et de valorisation climatiquement intelligente, ont contribué à la protection de la biodiversité et à l’amélioration du niveau social des populations
Description

Consistance :

Cette pratique vise la diminution des pressions sur les ressources en PAMs de cette zone connue par ses grandes potentialités en matière de ces ressources (trois espèces endémiques : l’armoise, le thym, et la sauge et d’autres espèces rares comme le ziziphora (fliou)), et ce à travers l’amélioration des revenus des populations locales, la diversification des activités productives et l’amélioration de la prise en charge par les communautés de leur environnement.

 

Une pratique locale intégrée :

 

  • Cette pratique est basée sur l’approche filière (production, transformation et commercialisation) ;
  •  En vue de diversifier les sources de revenu, notamment chez les femmes, d’autres activités connexes ont été branchées à la pratique des PAMs dont notamment le tissage de produits artisanaux ;
  • En vue de réduire la pression sur le bois de feu et d’améliorer le cadre de vie des habitats, il a été égaiement procédé à la mise en place de 2 fours à pain communautaires dans le douar ;
  • Pour atténuer la dégradation des PAMs, il a été procédé à la mise en défens des espèces menacées pour éviter les effets néfastes de surpâturage. ;
  • La mise en culture des espèces menacées dans des parcelles irriguées.

 

Les impacts :

 

Impacts socio-économiques

  • La majorité des ménages de la localité Aït youb ont vu leur revenu augmenter dont 50% des femmes ;
  • Amélioration de la santé des femmes liée à la réduction du temps d’exposition aux fumées émanant des fours traditionnels ;
  • Réduction de la pénibilité des travaux féminins qui s’est traduite par la réduction des heures de coupe du fourrage, de coupe du bois.
  • Réduction du taux d’abandon scolaire des jeunes filles.

 

Impacts écologiques

  • Un peu moins de 200 hectares de terres seront gérées de façon durable et conservées ;

Les 5 espèces importantes de PAMs sont conservées.

Potentiel d'atténuation

Cette pratique a un grand potentiel d’adaptation et de résilience des populations locales face au changement climatique. La réduction de la consommation de bois de feu à travers le recours aux fours à pain améliorées contribuera à la réduction des émissions et la séquestration du carbone. La maximisation de l’adaptation et l’atténuation est tributaire à une extension de l’initiative sur d’autres douras.

Rappel : le bois de feu est consommé à hauteur de 83% par la cuisson

On estime à environ 5000 kg/jours consommé par les ménages de Aït youb.

Potentiel de réplication / mise à l'échelle

La pratique a un fort potentiel de réplication par le fait qu’elle réunit la conservation, la valorisation et l’amélioration du revenu des ménages.

La première réplication devra cibler les villages limitrophes : Taoujgalte, Aït Daoud, Aït Moussaoudaoud, Toumert, Tourza qui totalisent environ 10 000 habitants

Conditionnalités de sa durabilité

 L’encadrement, l’appui technique au fil du temps et le financement des unités de valorisation et la mise en place des fours améliorés sont les principales conditionnalités de la durabilité de cette bonne pratique intégrée et de sa réplication et mise à l’échelle.